Saturday, 20 August 2011

VOR : Change of Route due to Piracy Concerns for the Volvo Ocean Race 2011-2012

Volvo Ocean Race course 2011-2012.

Article in English and French

PUMA. Image copyright Dan Armstrong.

by Sophie Luther

The escalating security problem caused by piracy in the Indian Ocean has forced Volvo Ocean Race 2011-12 organisers to redraw the second and third leg routes in the 39,000 nautical mile round-the-world challenge.

The competing boats were due to have sailed through an East African corridor in the Indian Ocean on the second leg from Cape Town to Abu Dhabi and again in the third leg from Abu Dhabi to Sanya in China.

After taking advice from marine safety experts Dryad Maritime Intelligence and the sport's governing body, the International Sailing Federation (ISAF), race organisers decided that sticking to the original route would put crews at too much risk.

Instead the boats will race from Cape Town to an undisclosed ‘safe haven’ port, be transported closer to Abu Dhabi, and then complete the leg from there. The process will be reversed for the third leg before the race continues on to Sanya, the fourth of 10 host ports in a race that will not finish until July 2012.

On board Groupama 4. Image copyright Groupama.

“This has been an incredibly difficult decision,” said Volvo Ocean Race Chief Executive Knut Frostad. “We have consulted leading naval and commercial intelligence experts and their advice could not have been clearer: ‘Do not risk it.’

“The solution we have found means our boats will still be racing into Abu Dhabi and competing in the in-port race there.

“Abu Dhabi is a very important part of our plans, a real highlight being the race's first-ever stopover in the Middle East, and we will now have a really exciting sprint finish to the emirate over the New Year period as well."

Piracy is a well-organised and highly lucrative business and it has expanded into a vast area off the coast of Somalia. In 2010 a record 1,181 seafarers were kidnapped by pirates, according to figures supplied by Dryad.

The most recent vessels released endured hijackings lasting an average of 213 days and it has been estimated that last year $150 million was paid to pirate gangs in ransoms for ships, cargoes and crews.

Frostad emphasised that the race would still be a round-the-world challenge. "We continue to be the only continuous sporting event to visit five continents over nine months of gruelling sailing," he said.

Race director Jack Lloyd, also a senior ISAF official and respected Olympic and America's Cup umpire, described the change as a "bump in the road which has to be negotiated, albeit a very expensive bump" rather than a race-changing suspension in the action.

Abu Dhabi will host the race from December 30 to January 14 with a purpose-built race village at its Corniche waterfront site and a headline New Year's Eve concert amongst various festivities set to provide a spectacular welcome to more than 100,000 visitors.

“We have a long-standing relationship with Volvo Ocean Race and have been comprehensively involved in its risk management process since the last race in 2008-09,” said Karen Jacques, COO of Dryad Maritime.

“We will be working closely with the Volvo Ocean Race team to ensure that only essential disruption is needed.”

ISAF´s position is that sailing in waters badly affected by piracy is too risky.

“The measures taken by the Volvo Ocean Race are very much in li ne with the advice that the International Sailing Federation has been giving for some time.” said ISAF Secretary General Jerome Pels.

“The ISAF strongly urges all yacht skippers intent on sailing anywhere in the area to seek an alternative, which the Volvo Ocean Race is now providing.”

About Volvo Ocean Race

The Volvo Ocean Race is the world´s premier offshore sailing challenge. The 2011-12 edition will cover over 39,000 nautical miles, starting in Alicante, Spain on October 29 and finishing in Galway, Ireland in July. The race dates back to 1973 when it began life as the Whitbread Round the World Race.

About Dryad Maritime

Dryad Maritime is a specialist maritime intelligence company helping seafarers to quantify, mitigate and manage the threats from piracy, terrorism and other waterborne crime

Telefonica. Image copyright Maria Muina/Team Telefonica.

Q&A on the decision to redraw the Volvo Ocean Race 2011-12 route because of piracy threats

Why have you made this decision?

After a great deal of consultation it is clear that it is not possible to reduce the security risk in the Indian Ocean to a suitable level while the boats are sailing. We have considered all security and routing options for sailing the yachts without satisfactory result. This has been a very difficult decision but we are satisfied that it was absolutely necessary to take it.

The race starts in less than 80 days. Why leave this decision so late?
The situation in the Indian Ocean is dynamic and this decision has in fact been taken very early. We will not know until the SW Monsoon abates and the NE Monsoon becomes established in late October/early November how the piracy situation will develop this season so while this decision appears logistically late it is in fact tactically early.

How will you be transporting the boats to Abu Dhabi?

The boats will be shipped on a specialised boat transport ship. The boats and the crews will be transported separately.

Where will the ‘safe haven’ be?
We understand there is lots of speculation about this but in the interests of operational security, these details will be released at a later date when it is appropriate.

Where will the race start again?

This will not be decided until the tactical situation at the time has been fully assessed but contingencies will be in place to provide logistical support to different options.

How can you guarantee the safety of the boats in the transport ship which is carrying them?
Piracy is still a crime of ‘opportunity’. Yachts are (relatively) slow and low with few opportunities to apply tactical defensive countermeasures and as such are considered a ‘soft’ target. Larger vessels with higher consistent speed, a higher freeboard and defensive measures are a much ‘harder’ target. Desperate pirates will still ultimately look for the line of least resistance. There are no guarantees in this particular from of criminality but the probability o f an incident is reduced from the outset in the selection of a different transportation method.

Team Sanya by the Needles. Image copyright Ian Roman/Volvo Ocean Race.

How will you allocate points with the new arrangement?
We are looking at options, however we do not envisage adding to the total number of points on offer in the race as it stands.

How big a problem is piracy in the Indian Ocean?

Piracy in Somalia has come a long way from the days when angry fishermen used rubber dinghies to harass foreign fishing vessels in the seas just offshore in the aftermath of the country’s 1990 civil war. In 2005, piracy was still sporadic. In 2006, the Union of Islamic courts almost brought Somalia-based piracy to an end but when Ethiopian forces overthrew the Union in December 2006, piracy re-established itself. The problem has since grown year by year in fr equency, distance off shore and sophistication. Last year, an estimated $150 million was paid in ransoms for ships, cargoes and crews to pirate gangs, while a record 1,181 seafarers were kidnapped.

How much will it cost to transport the ships?

Expense was not a driver in this decision, with the safety of our teams far outweighing the financial implications. Volvo Ocean Race has taken this decision based on social and corporate responsibility and is prepared to take equally difficult decisions in future races.

In French : Préoccupée par la piraterie, la Volvo Ocean Race redessine son parcours

CAMPER with Emirates Team New Zealand. Image copyright Chris Cameron.

par Anne Massot

L'escalade des problèmes de sécurité générés par la piraterie dans l'Océan Indien a contraint les organisateurs de la Volvo Ocean Race 2011-12 à redessiner les deuxièmes et troisièmes étapes de son parcours de 39 000 milles autour de la planète.

Les concurrents devaient initialement naviguer dans l'Océan Indien dans un corridor à l'est de l'Afrique pour la 2ème étape de Cape Town à Abu Dhabi et à nouveau au cours de la 3ème étape, entre Abu Dhabi et Sanya, en Chine.

Après avoir pris conseil auprès des experts de l'agence de renseignements maritimes, Dryad Maritime Intelligence, et auprès de l'instance sportive de tutelle, l'International Sailing Federation (ISAF), les organisateurs de la course ont décidé que les équipages étaient trop exposés aux risques si on s'en tenait au tracé initial de la course.

A la place, les concurrents vont naviguer en course de Cape Town à un port "refuge" encore non communiqué. Ils seront ensuite transportés non loin d'Abu Dhabi afin de finir l'étape en course. Le procédé inverse sera utilisé pour la 3ème étape qui arrive à Sanya, le 4ème des 10 ports d'accueil de cette course qui s'achèvera en juillet 2012.

"Cela a été une décision très difficile à prendre, a précisé Knut Frostad, le directeur général de la Volvo Ocean Race. "Nous avons consulté les plus éminents experts du renseignement naval et commercial et leurs conseils ne pouvaient pas être plus clairs : "Ne prenez pas le risque."

"La solution que nous avons trouvée implique que nos bateaux arriveront en course à Abu Dhabi et disputeront là-bas la régate in-port.

"Abu Dhabi a une part très importante dans notre stratégie, c'est un réel point culminant puisque c'est la première fois que la course fait escale au Moyen-Orient. Avec ce nouveau parcours, nous aurons toujours un sprint final haletant vers les Emirats, au moment du Nouvel An."

La piraterie est très organisée. C'est un business hautement lucratif qui s'est développé sur un vaste territoire au large de la Somalie. En 2010, un record de 1 181 marins ont été kidnappés par des pirates, selon les chiffres fournis par Dryad.

Les navires délivrés dernièrement ont enduré un détournement d'une moyenne de 213 jours et on estime à 150 millions de dollars les rançons payées aux gangs de pirates pour délivrer les équipages, les bateaux et les cargaisons.

Frostad souligne que l'épreuve demeure une course autour du monde. "Nous restons le seul événement sportif continue qui visite les 5 continents sur plus de 9 mois de navigation épuisante."

Le directeur de la course, Jack Lloyd, également officiel sénior de l'ISAF et juge-arbitre respecté des Jeux Olympiques et de la Coupe America, compare ce changement à "un dos d'âne sur la route qui doit être négocié même si c'est un dos d'âne couteux, et non comme une suspension de course en pleine action."

Abu Dhabi accueillera la course du 30 décembre au 14 janvier 2012 avec un village Destinations spécialement construit sur le front de mer et un concert pour la nuit du Nouvel An, parmi les nombreuses festivités offertes aux plus de 100 000 visiteurs attendus.

Azzam at the start of the Fastnet Race. Image copyright Rolex/Daniel Forster.

"Nous sommes en relation depuis longtemps avec la Volvo Ocean Race et nous avons été impliqués de façon importante dans la gestion des risques depuis l'édition 2008-09, a rapporté Karen Jacques, directrice des opérations de Dryad Maritime.

"Nous surveillerons la progression des bateaux pendant la course, en travaillant étroitement avec l'équipe de la Volvo Ocean Race pour assurer que seule, une intervention essentielle est requise."

La position de l'ISAF est que la navigation dans les zones très affectées par la piraterie est trop risquée.

"Les mesures prises par la Volvo Ocean Race sont tout à fait en ligne avec les conseils qu'a donnés l'International Sailing Federation depuis un moment", a souligné le secrétaire de l'ISAF, le général Jérome Pels.

"L'ISAF engage vivement tous les skippers qui vont naviguer dans cette zone de chercher une alternative. Alternative qui est désormais offerte par la Volvo Ocean Race.

Au sujet de la Volvo Ocean Race
La Volvo Ocean Race est la plus importante des courses au large. L'édition 2011-12 se disputera sur 39 000 milles nautiques. Elle commencera à Alicante en Espagne le 29 octobre 2011 pour s'achever en juillet 2012, en Irlande. Les origines de l'épreuve remonte à 1973 quand elle a commence son histoire sous le nom de Whitbread Round the World Race.

Dryad Maritime est une entreprise de renseignements maritimes au service des gens de mer pour les aider à quantifier, minimiser et gérer les menaces de la piraterie, du terrorisme et des autres crimes maritimes

Groupama passes Team Sanya during the Fastnet Race. Image copyright Frankie Leonard/Team Sanya.

Questions/Réponses sur la décision de redessiner le parcours de la Volvo Ocean Race 2011-12 en raison des menaces de piraterie

Pourquoi avez-vous pris cette décision ?
Après de très nombreuses consultations, il apparaît qu'il n'est pas possible de réduire le risque sécuritaire dans l'Océan Indien à un niveau acceptable au moment où les bateaux seront en course. Nous avons donc étudié toutes les options de sécurité et les routes possibles pour les concurrents, sans trouver de solutions satisfaisantes. Cela a été une décision très difficile à prendre mais nous sommes sûrs que c'était absolument nécessaire de la prendre.

La course commence dans à peine 80 jours. Pourquoi avoir pris cette décision si tardivement ?
La situation dans l'Océan Indien est évolutive et en fait, cette décision a été prise très tôt. Nous se saurons pas exactement comment la piraterie va se déployer cette saison avant de connaître la fin de la mousson de Sud-Ouest et le début de la mousson de Nord-Est fin octobre/début novembre ; donc si la décision apparaît logistiquement tardive, mais elle a en fait tactiquement largement en amont.

Comment allez-vous transporter les bateaux vers Abu Dhabi ?
Les voiliers seront transportés par un navire spécialisé dans le transport de bateaux. Les VO70 et leurs équipages seront transportés séparément.

Quel sera le point de refuge ?
Nous comprenons qu'il y ait de nombreuses spéculations à ce sujet, mais pour des raisons évidentes de sécurité opérationnelle, les détails seront délivrés au moment approprié.

Où la course va-t-elle reprendre ?
Aucune décision ne sera prise tant que la situation tactique n'a pas été totalement évaluée, mais toutes les mesures d'urgence seront en place pour fournir le support logistique nécessaire aux différentes options.

Comment pouvez-vous garantir la sécurité des VO70 sur le bateau qui va les transporter ?
La piraterie reste un crime d'"opportunité". Les voiliers sont relativement lents, bas sur l'eau et ont peu d'opportunité d'appliquer des contre-offensives tactiques et en tant que tels, ils sont considérés comme des cibles faciles. Les vaisseaux plus importants, plus rapides, avec plus de franc bord, sont des cibles plus coriaces. Les pirates désespérés iront toujours chercher les proies les plus faciles. Il n'y a aucune certitude dans cette forme de criminalité, mais la probabilité d'un incident est réduite dès que l'on sélectionne un mode de transport différent.

Azzam leads Team Sanya during the Fastnet Race. Image copyright Ian Roman/Volvo Ocean Race.

Comment allez-vous décerner les points pour la classement dans ce nouvel arrangement ?
Nous étudions différentes options. Cependant, nous n'envisageons pas d'en ajouter au nombre total de points distribués actuellement sur l'ensemble de la course.

Quelle est l'envergure du problème de piraterie dans l'Océan Indien ?
La piraterie en Somalie a parcouru un long chemin depuis les jours où les pêcheurs en colère utilisaient des bateaux pneumatiques pour harceler les bateaux de pêche étrangers dans des eaux encore peu éloignées des côtes, au lendemain de la guerre civile de 1990. En 2005, la piraterie était encore sporadique. En 2006, l'Union des Tribunaux Islamiques (UTI) était presque venue à bout de la piraterie basée en Somalie, mais quand les forces éthiopiennes ont renversé l'Union en décembre 2006, la piraterie a repris d'elle même. Le problème, depuis, n'a fait qu'augmenter année après année, en fréquence, en distance et en sophistication. L'année dernière, on estime à 150 millions de dollars le montant des rançons payées à des bandes de pirates pour des équipages, des bateaux ou des cargaisons, avec un nombre de 1 181 marins kidnappés.

Quel sera le coût du transport des bateaux ?
Les coûts ne sont pas entrés en ligne de compte dans notre prise de décision. La sécurité de nos équipages pèse plus de les incidences financières. Volvo Ocean Race a pris cette décision sur les bases de ses responsabilités sociales et d'entreprise et est prête à prendre des décisions tout aussi difficiles dans les prochaines courses.

Volvo Ocean Race